Je n’ai rien fais aujourd’hui

Je n’ai rien fais aujourd’hui

Je n’ai rien fait aujourd’hui ».

Combien de fois j’ai répété cette phrase en boucle dans ma tête, les jours où je n’avais simplement pas eu l’envie, la motivation, l’élan.

Combien de fois le « non faire » est devenu une obsession, car je n’avais pas été productive/rentable, que je n’avais pas coché ma to do list… Bref que je ne m’étais pas agitée pour produire un résultat concret source de satisfaction car j’avais « fais » quelque chose.

Combien de fois, le faire est source de culpabilité, de « bien ou de mal » et combien de fois je me suis punie de ne pas avoir « fait » quelque chose de ma journée…. Ça te parle?

Depuis quand sommes nous devenus des FAIRES-HUMAINS ? …. Où le faire, la productivité, la rentabilité, l’action sont des représentations de notre valeur et de notre existence ?

J’accepte, encore difficilement parfois, de ne rien « faire », de simplement (m’) arrêter pour (m’) écouter, (m’) observer, ressentir….J’accepte aussi que cela est nécessaire et indispensable de laisser les choses se faire, venir à soi, sans brasser de l’air…car ne rien faire c’est surtout ÊTRE. J’accepte que c’est une nécessité pour vivre pleinement le moment présent!

Alors oui cela ne produit pas un résultat palpable, mais me permet de revenir dans mon centre, dans mon cœur et de revenir à moi.
Je suis avant tout un ÊTRE HUMAIN 💫

 

 

 

 

Je n’oublie pas d’où je viens

Je n’oublie pas d’où je viens.

Je n’oublie pas qu’avant d’en être là où je suis j’ai visité mes peurs, mes blessures, j’ai été en posture de victime, j’ai eu des relations de dépendance affective, j’ai donné le pouvoir aux autres de me valider, j’ai fuis, j’ai refuser de voir mes failles et mes ombres.

Je n’oublie pas que j’ai encore de nombreux espaces en moi à explorer, que j’ai encore peur, je ne suis ni mieux ni moins bien que vous, que j’apprends chaque jour.

Je n’oublie pas ce que ça fait de lire que si tu en ai là où tu en ai, c’est de ta faute, que tu dois choisir, que tu es responsable, que tu dois « t’enlever les doigts » (véridique je l’ai lu) et que tu as le pouvoir sans comprendre comment faire mais en te sentant une grosse merde !

Je n’oublies pas qu’il est facile de se perdre dans l’ego spirituel qui te fais croire que tu as compris et qui te fais sentir éveillé.e (par rapport à qui ? A quoi ?)

Je n’oublie pas comme c’est difficile de voir les autres « franchir un cap » « avancer » et d’avoir l’impression de ne pas avancer, stagner.

Je n’oublie pas d’où je viens.
Je n’oublie pas que je suis simplement un être humain.

 

 

 

Ces lectures qui m’ont fait du bien

Ces lectures qui m’ont fait du bien

j’aimerais vous parler de ces livres qui ont été des sources d’inspiration pour moi.

Je peux vous dire qu’au fil des années, j’ai lu un paquet de livres de développement personnel ou traitant du sujet de la spiritualité.

J’entretenais ce besoin compulsif de me remplir de savoir, de connaissance et de me sentir légitime dans mon domaine de compétence. Je pensais que plus je lirais de livres et plus je « saurais » donc plus j’aurais de la valeur.

Clairement, je pensais qu’il me manquait toujours quelque chose pour être heureuse et je cherchais dans mes lectures à me guérir, à me réparer, me changer. Et bien sûr, plus je lisais, moins je trouvais, plus j’agrandissais le vide que je ressentais en moi. J’avais fini me créer des problèmes qui n’existaient pas : légitimité, manque d’amour, de reconnaissance, loi d’attraction!!!! Beaucoup de ces lectures m’ont tenu éloignées de moi.

Et il y a ces livres qui m’ont fait du bien.

1-L’un des tous premiers livres de développement personnel que j’ai lu est « la puissance de l’acceptation » de Lise Bourbeau. Ce livre a été un vrai baume au cœur! Il m’a permit de comprendre la force qu’il fallait pour accepter ce qui est.

2-Sur le même principe que les 4 accords toltèque, j’ai lu « les 4 sagesses indienne » de Caroline Frisou. Ces 4 sagesses, qui sont transmises de génération en génération pour vivre en paix, sont les suivantes :

* Quiconque vous rencontrerez est la bonne personne

* Ce qui arrive est l’unique chose qui pouvait arriver

* Chaque moment est le bon moment

* Ce qui est terminé est terminé

Ce lire est venu mettre en évidence ce que je pensais déjà en moi et que je n’osais pas affirmer!

3- « Tout est toujours parfait » de François Lemay, est LE livre que j’ai toujours à porté de main. Ce livre est l’art d’accueillir ce qui arrive et est dans ta vie! C’est un livre de reconnexion à soi, un apprentissage à vivre en pleine présence à soi, en déculpabilisant. Parfois j’ouvre le livre au hasard et lis en conscience ce que l’auteur propose! Cet ouvrage propose une vision de la vie qui est la justesse : tout a une raison d’être! En acceptant de s’ouvrir à ce qui est on avance plus sereinement sur notre chemin de vie.

4- « Le pouvoir de la vulnérabilité » de Brené Brown est pour moi, un indispensable à lire au moins une fois. Au même titre que ces conférences (NB : le Tedx), Brené Brown a la capacité d’expliquer de manière très accessible et abordable le sujet de la vulnérabilité. Je dois vous avouer que j’ai mis du temps à l’ouvrir, je n’étais pas prête à plonger en moi pour reconnaitre tous ces espaces qui se sentaient vulnérables. Et notamment ce sentiment de honte que je ressentais souvent.

5- Enfin « Ton autre vie » de Franck Lopvet, m’a ouvert à une autre manière de considéré l’Être humain dans ses aspérités. Que nous sommes tous les 2 faces d’une pièce et que nous pouvons arrêter de nous voir en noir ou blanc, en bon ou mauvais. Franck Lopvet explore et transmet cette idée que pour avancer sur un chemin d’unicité à partir du moment où l’on reconnait toutes les facettes de soi.

J’espère que ces idées d’ouvrages vous plairont autant qu’ils m’ont ouvert à d’autres façon de (me), de (me)voir et de (me) considérer!

Aujourd’hui je ne lis plus un livre pour remplir un manque en moi, mais bien par envie, plaisir!

J’aimerais terminer par vous dire que vous avez déjà tout en vous! Vous êtes déjà assez et qu’aucun livre n’a le pouvoir de vous dire qui vous êtes!

 

Ça ne fonctionne pas pour moi!

Ça ne fonctionne pas pour moi!

 Ce qui a marché pour d’autres n’a pas marché sur moi.

Pourtant j’ai essayé, j’ai insisté, j’ai tout-fait-bien-comme-il-faut (mode bonne élève activé!)… Bah ça a pas marché!
Et je n’ai pas cessé de me dire « qu’est ce que ça veut dire de moi ? » ou « qu’est ce que j’ai fais de mal? »

Rien.

Ça ne veut rien dire. Et je n’ai rien fais de mal.
Je me suis dévalorisée, jugée et critiquée alors que non ça ne veut rien dire.

Juste comprendre et intégrer que nous sommes TOUS différents, et qu’il n’y a pas de recette magique applicable à la totalité de l’humanité!
.
Nous avons tous des fonctionnements différents, des réactions différentes… Parce que nous sommes tous DIFFÉRENTS : nous ne répondons pas tous aux-même peurs, normes, situations ou blessures de la même façon !
C’est ce qui fait notre unicité ! ✨

Et d’ailleurs, j’ai aussi compris que ce qui marche pour moi… Sera peut être un défi pour d’autres !

C’est tout le principe de l’altérité et qui fait notre richesse intérieure !

Je vous souhaite d’affirmer votre différence haut et fort, vous êtes déjà tout !

 

 

 

Et si ta vulnérabilité, était ta véritable force?

Et si ta vulnérabilité, était ta véritable force?

C’est dans TOUTES les situations dans lesquelles je me suis vue fragile et en acceptant ma sensibilité que j’en ai retiré une force, un carburant pour avancer !

Et à l’inverse plus je luttais contre ce que je ressentais avec des pensées du type : t’es nulle, t’es faible, tu sers à rien (véridique 🙄), tu fais que pleurer, plus je sentais en moi des résistances et moins j’avançais. Je nourrissais des pensées de rejet de qui j’étais !

Il y a des mots, des situations que j’ai décidé de voir autrement ! Il y a des mots que j’ai banni de mon vocabulaire (procrastination 🤬) pour arrêter de me culpabiliser et de me mettre des étiquettes.

Aujourd’hui je revendique haut et fort ma vulnérabilité, j’accepte ces moments de peurs/doutes/larmes qui me font prendre de l’élan pour avancer.
Et je vous invite à arrêter de vous laisser définir par ce que vous pensez négatif de vous-même pour en faire du positif !

Et je vous propose une nouvelle définition de la vulnérabilité : se dit d’une personne qui accepte sa sensibilité et sa fragilité pour en faire une force !

 

J’ai le droit de ne pas aller bien!

J’ai le droit de ne pas aller bien!

Vous avez remarqué comment on peut répondre « ça va » quand on nous le demande, même quand ça va pas ?

Parce que socialement, ça ne se fait pas trop de répondre : bah non ça va pas, là tu vois je te souris mais j’ai envie de chialer, j’arrive pas à gérer mes enfants, j’ai pris 5 kilos en 2 semaines, j’ai envie d’aller au boulot comme de me pendre, je suis nulle et j’ai honte de moi ». Alors on placarde un beau sourire et on dit ça va, voire, la super formule passe partout on répond : et toi ?

Vous avez le droit de ne pas aller bien, de le dire sans avoir honte, d’avoir des moments off, des coups de mous, envie d’être sous votre couette sans culpabiliser de ne pas FAIRE, et tout ça sans vous traiter de moins que rien, de nullité ou de croire que vous êtes seul(e) dans ce cas là !

Vous avez le droit de vous accordez de le dire et surtout de vous dire : ça ira mieux demain, ou après demain, aujourd’hui je prends ce temps là pour ne pas aller bien !
S’aimer c’est s’accepter dans tout ce qu’on est de soi, dans le positif comme dans le négatif, dans les bons et les moins bons moments.
Ça veut dire quoi sinon ? On s’aime que quand on va bien et l’autre partie du temps on se flagelle?
Dites-vous « j’ai le droit d’être triste, d’être pas bien, d’avoir peur et je sais que j’ai toutes les ressources nécessaires pour rebondir »
Plus vous vous accepterez dans ces moments là et plus vite ils passeront et moins il y en aura!