Et si ta vulnérabilité, était ta véritable force?

Et si ta vulnérabilité, était ta véritable force?

C’est dans TOUTES les situations dans lesquelles je me suis vue fragile et en acceptant ma sensibilité que j’en ai retiré une force, un carburant pour avancer !

Et à l’inverse plus je luttais contre ce que je ressentais avec des pensées du type : t’es nulle, t’es faible, tu sers à rien (véridique 🙄), tu fais que pleurer, plus je sentais en moi des résistances et moins j’avançais. Je nourrissais des pensées de rejet de qui j’étais !

Il y a des mots, des situations que j’ai décidé de voir autrement ! Il y a des mots que j’ai banni de mon vocabulaire (procrastination 🤬) pour arrêter de me culpabiliser et de me mettre des étiquettes.

Aujourd’hui je revendique haut et fort ma vulnérabilité, j’accepte ces moments de peurs/doutes/larmes qui me font prendre de l’élan pour avancer.
Et je vous invite à arrêter de vous laisser définir par ce que vous pensez négatif de vous-même pour en faire du positif !

Et je vous propose une nouvelle définition de la vulnérabilité : se dit d’une personne qui accepte sa sensibilité et sa fragilité pour en faire une force !

 

J’ai le droit de ne pas aller bien!

J’ai le droit de ne pas aller bien!

Vous avez remarqué comment on peut répondre « ça va » quand on nous le demande, même quand ça va pas ?

Parce que socialement, ça ne se fait pas trop de répondre : bah non ça va pas, là tu vois je te souris mais j’ai envie de chialer, j’arrive pas à gérer mes enfants, j’ai pris 5 kilos en 2 semaines, j’ai envie d’aller au boulot comme de me pendre, je suis nulle et j’ai honte de moi ». Alors on placarde un beau sourire et on dit ça va, voire, la super formule passe partout on répond : et toi ?

Vous avez le droit de ne pas aller bien, de le dire sans avoir honte, d’avoir des moments off, des coups de mous, envie d’être sous votre couette sans culpabiliser de ne pas FAIRE, et tout ça sans vous traiter de moins que rien, de nullité ou de croire que vous êtes seul(e) dans ce cas là !

Vous avez le droit de vous accordez de le dire et surtout de vous dire : ça ira mieux demain, ou après demain, aujourd’hui je prends ce temps là pour ne pas aller bien !
S’aimer c’est s’accepter dans tout ce qu’on est de soi, dans le positif comme dans le négatif, dans les bons et les moins bons moments.
Ça veut dire quoi sinon ? On s’aime que quand on va bien et l’autre partie du temps on se flagelle?
Dites-vous « j’ai le droit d’être triste, d’être pas bien, d’avoir peur et je sais que j’ai toutes les ressources nécessaires pour rebondir »
Plus vous vous accepterez dans ces moments là et plus vite ils passeront et moins il y en aura!