Ça ne fonctionne pas pour moi!

Ça ne fonctionne pas pour moi!

 Ce qui a marché pour d’autres n’a pas marché sur moi.


Pourtant j’ai essayé, j’ai insisté, j’ai tout-fait-bien-comme-il-faut (mode bonne élève activé!)… Bah ça a pas marché!
Et je n’ai pas cessé de me dire « qu’est ce que ça veut dire de moi ? » ou « qu’est ce que j’ai fais de mal? »

Rien.

Ça ne veut rien dire. Et je n’ai rien fais de mal.
Je me suis dévalorisée, jugée et critiquée alors que non ça ne veut rien dire.

Juste comprendre et intégrer que nous sommes TOUS différents, et qu’il n’y a pas de recette magique applicable à la totalité de l’humanité!
.
Nous avons tous des fonctionnements différents, des réactions différentes… Parce que nous sommes tous DIFFÉRENTS : nous ne répondons pas tous aux-même peurs, normes, situations ou blessures de la même façon !
C’est ce qui fait notre unicité ! ✨

Et d’ailleurs, j’ai aussi compris que ce qui marche pour moi… Sera peut être un défi pour d’autres !

C’est tout le principe de l’altérité et qui fait notre richesse intérieure !

Je vous souhaite d’affirmer votre différence haut et fort, vous êtes déjà tout !

 

 

 

Se vivre au présent, où comment apprendre la pleine présence.

Se vivre au présent, où comment apprendre la pleine présence.

Je me suis conjuguée au passée et au futur.

Je ressassais hier et anticipait demain.
Je n’étais jamais dans le présent, j’étais dans le cul entre 2 chaises de ma vie, bancale, incertaine, passant de la déprime (ressassement du passé) à l’anxiété (la projection du futur).

Il y a un endroit où tout va bien, où maintenant je suis en paix : c’est le moment présent.
Ce moment où je suis à l’écoute de ce qui se passe ici et maintenant en moi.
Pas hier, pas demain, MAINTENANT.

C’est une pratique quotidienne que de revenir dans son corps, dans l’instant pour s’écouter, l’écouter et GOÛTER  la vie ICI. C’est cultiver la PLEINE CONSCIENCE DE SOI : Conscience de son corps, de ses pensées, de ses émotions et de ses énergies!

La pleine conscience est un art du quotidien qui nous apporte paix, sérénité, harmonie, joie et amour! Plus je suis présente à moi même, à chaque instant, plus je développe une connaissance de moi et de mon intérieur.

Et c’est également dans cet espace que tout se passe : les prises de conscience, les intégrations, les transformations, les guérisons…! Il n’y a plus besoin de chercher à l’extérieur, de forcer ou de lutter, tout ce fait naturellement et suit son cycle.

Le retour dans ces espaces que sont l’instant présent et l’écoute intérieure, ont été indispensables pour moi, même si en tout honnêteté je joue encore le jeu de la chaise musicale entre hier et demain, j’intègre de plus en plus ce principe fondamental à mon évolution personnelle!

 

Je me suis éloignée de moi

Je me suis éloignée de moi

Je dois vous faire une confidence : je me suis complètement déconnectée de moi ces derniers temps ! Je n’étais que dans mes peurs et insécurités.
Et j’ai eu honte, beaucoup, énormément.


Dans ma tête ça faisait un truc du genre : quoi, tu en es encore là, alors que tu te prétends coach? Tu plonges encore dans les pièges de ton égo ? (oui y’avait aussi une couche de jugement par dessus😆).


Et oui. Je ne suis pas toujours dans l’accueil, l’amour et la bienveillance, je suis faillible, humaine et imparfaite et parfois quand je manque d’ancrage, je m’éloigne de moi.


Et vous savez quoi ? A chaque fois c’est pour mieux revenir à moi, mon être et toujours encore me re-découvrir.
Chacun de ces moments sont de vrais cadeaux qui me permettent d’enlever des couches de m* qui m’empêchent d’être pleinement moi.
 

Croire que l’on est « pas assez »

Croire que l’on est « pas assez »

Quand on manque d’estime, quand on pense qu’on « est pas assez » on veut sans cesse se changer.
On pense qu’il faut qu’on soit autrement, plus ceci ou moins cela. On se fait croire qu’on sera une meilleure personne, qu’on sera plus heureux si on change.

On cherche sans cesse à « faire quelque chose » pour se réparer, pour être autrement que ce que l’on est. Comme si on avait quelque chose qui cloche chez soi.
On fonce prendre tout ce qu’on peut à l’extérieur pour se nourrir de tout ce qui pourrait nous « améliorer ».

Il y a un proverbe ou une expression qui dit à peu près ceci : « Si Dieu avait voulu que tu sois autre chose, tu serais autre chose ». Peu importe à ce en quoi tu crois, Dieu, la Vie, tu es exactement la bonne personne, tu es exactement ASSEZ.


✨Il n’y a rien à changer chez toi. Tu es parfait(e) tel(le) que tu es. Tu es exactement la personne que tu dois être.
Ce que tu a à nourrir en toi, c’est un espace intérieur d’amour, de paix, de bienveillance et de sérénité.

En t’accueillant juste tel(l) que tu es maintenant, tu t’ouvres à l’amour inconditionnel d’être toi.✨

 

 

 

Je n’ai besoin de personne

Je n’ai besoin de personne

Combien de fois vous êtes vous dit que vous vouliez vous débrouiller par vous-même, parce que se faire aider c’est admettre que l’on est faible? Que l’on a un problème que l’on arrive pas à résoudre seul.

 

Pour beaucoup de personne, se faire aider c’est parfois croire que l’on est moins bien que les autres, que l’on est nul, ce qui peut entrainer non seulement un cercle vicieux de dévalorisation et de perte de confiance mais également la peur d’avoir honte de notre situation, honte d’avouer que l’on a besoin d’aide.

De mon point de vue, se faire aider est la plus belle preuve d’une force intérieure. C’est admettre et reconnaitre qu’une autre personne a les compétences et capacités nécessaires pour nous faire avancer.

L’aide permet d’avancer là où on aurait peut-être jamais regarder. Demander de l’aide c’est s’offrir la possibilité qu’une tiers personne éclaire un endroit en nous qu’on avait pas pensé à regarder, c’est voir une situation sous un angle nouveau et ainsi cheminer différemment.

Si vous pensez que se faire aider, accompagner (peu importe finalement par quel moyen : thérapeute, coach….) est une marque de faiblesse, regardez quelle force il faut pour OSER dévoiler ses peurs, doutes afin de les transformer et d’avancer. C’est en se faisant ce premier pas vers vous-même que vous cultiver la confiance envers soi et l’autre et aussi que vous vous reconnecter à votre amour pour vous-même, car il en faut de l’amour pour soi pour demander de l’aide pour aller MIEUX. »

Pourquoi, je n’arrive pas à changer?

Pourquoi, je n’arrive pas à changer?

Pourquoi je n’arrive pas à changer?

Parce que justement vous souhaitez changer et devenir une personne que vous n’êtes pas, en voulant ressembler à une idéalisation de la personne que vous souhaiteriez être. Une version de vous parfaite, idéale, aimable.

 Cela revient à vous dire, que vous n’êtes « pas assez » ou « trop » ceci ou cela. En faisant ça vous rejetez votre vraie nature : c’est du désamour de soi!

Être soi, c’est arrêter de croire un système de pensées (ce que j’appelle un discours) sur soi dévalorisant, culpabilisant et insultant!

Être soi, c’est choisir de s’aimer à travers des pensées, croyances et images de soi plus belles, qui nous valorisent et nous font du bien!

 « Alors plutôt que de souhaitez changer, je vous invite à vous souhaitez d’être et (re) devenir vous-même, votre vraie version, la version originale et authentique ».

Et si ta vulnérabilité, était ta véritable force?

Et si ta vulnérabilité, était ta véritable force?

C’est dans TOUTES les situations dans lesquelles je me suis vue fragile et en acceptant ma sensibilité que j’en ai retiré une force, un carburant pour avancer !

Et à l’inverse plus je luttais contre ce que je ressentais avec des pensées du type : t’es nulle, t’es faible, tu sers à rien (véridique 🙄), tu fais que pleurer, plus je sentais en moi des résistances et moins j’avançais. Je nourrissais des pensées de rejet de qui j’étais !

Il y a des mots, des situations que j’ai décidé de voir autrement ! Il y a des mots que j’ai banni de mon vocabulaire (procrastination 🤬) pour arrêter de me culpabiliser et de me mettre des étiquettes.

Aujourd’hui je revendique haut et fort ma vulnérabilité, j’accepte ces moments de peurs/doutes/larmes qui me font prendre de l’élan pour avancer.
Et je vous invite à arrêter de vous laisser définir par ce que vous pensez négatif de vous-même pour en faire du positif !

Et je vous propose une nouvelle définition de la vulnérabilité : se dit d’une personne qui accepte sa sensibilité et sa fragilité pour en faire une force !

 

Faites de votre bonheur une priorité!

Faites de votre bonheur une priorité!

 Penser à soi, se faire passer en priorité, est un acte d’amour.

 On veut nous faire croire que le sens du sacrifice, faire passer le bien être des autres avant nous même, est un acte d’amour.

Comment pouvez vous prendre soin de vos proches, de votre famille, si vous ne le faites pas pour vous?Comment pouvez vous être à l’écoute et répondre à leurs besoins, si vous ne vous écoutez pas vous même?

Alors prenez ce temps, pour vous remplir de joie, de bonheur, d’épanouissement! Soyez dans l’attention à vous même! Faites ce qui vous fait vibrer et qui vous rend heureux pour être dans les meilleures conditions afin de distribuer de l’attention et de l’amour autour de vous!

En prenant soin de vous, vous prenez soin des autres, car le temps que vous leur accorderez sera de bien meilleure qualité!

J’ai le droit de ne pas aller bien!

J’ai le droit de ne pas aller bien!

Vous avez remarqué comment on peut répondre « ça va » quand on nous le demande, même quand ça va pas ?

Parce que socialement, ça ne se fait pas trop de répondre : bah non ça va pas, là tu vois je te souris mais j’ai envie de chialer, j’arrive pas à gérer mes enfants, j’ai pris 5 kilos en 2 semaines, j’ai envie d’aller au boulot comme de me pendre, je suis nulle et j’ai honte de moi ». Alors on placarde un beau sourire et on dit ça va, voire, la super formule passe partout on répond : et toi ?

Vous avez le droit de ne pas aller bien, de le dire sans avoir honte, d’avoir des moments off, des coups de mous, envie d’être sous votre couette sans culpabiliser de ne pas FAIRE, et tout ça sans vous traiter de moins que rien, de nullité ou de croire que vous êtes seul(e) dans ce cas là !

Vous avez le droit de vous accordez de le dire et surtout de vous dire : ça ira mieux demain, ou après demain, aujourd’hui je prends ce temps là pour ne pas aller bien !
S’aimer c’est s’accepter dans tout ce qu’on est de soi, dans le positif comme dans le négatif, dans les bons et les moins bons moments.
Ça veut dire quoi sinon ? On s’aime que quand on va bien et l’autre partie du temps on se flagelle?
Dites-vous « j’ai le droit d’être triste, d’être pas bien, d’avoir peur et je sais que j’ai toutes les ressources nécessaires pour rebondir »
Plus vous vous accepterez dans ces moments là et plus vite ils passeront et moins il y en aura!

L’illusion de la perfection

L’illusion de la perfection

 Courir après la perfection revient à essayer de courir après un courant d’air…C’est fatiguant!

 La perfection est un moyen que nos pensées ont trouvés pour nous critiquer en nous faisant croire que l’on n’est jamais « ASSEZ ». Et plus on court après, plus on se fatigue et on s’épuise à vouloir PARAITRE parfait.

On se colle la pression pour être toujours plus en se fixant des exigences de plus en plus élevées. Ce besoin de vouloir que tout soit parfait est conditionné par la représentation que l’on se fait d’éventuelles critiques que l’on pourraient recevoir, c’est se prémunir contre ce qu’on s’imagine que les autres pourraient dire de nous! La perfection est étroitement liée à cette peur que l’on a du jugement et de la critique extérieure et donc de ne pas être aimé…. Mais j’ai un secret pour vous…

Ce que vous imaginez que les gens peuvent dire de vous n’est rien en comparaison avec ce que vous vous dites à vous même! Ce sont vos pensées ne pas être assez ou suffisamment ceci ou cela  qui engendrent un état de stress et de pression, vous mettant dans un schéma d’anticipation constant de ce que vous pourriez faire de plus! C’est votre propre peur de ne PLUS VOUS AIMER qui vous pousse à vous poussez toujours plus. Car avant de répondre à la question : est ce qu’on m’aimera toujours si je ne suis pas parfait, répondez d’abord à : Est ce que JE M’AIMERAIS TOUJOURS si je suis imparfait?

La perfection n’est qu’une illusion, c’est un moyen inconscient de vous faire croire que vous ne pouvez être AIMABLE que par ce prisme là… Et si c’était votre propre désamour qui était en jeu?

Alors aimez vous, inconditionnellement, dans tout ce que vous êtes.