Je n’oublie pas d’où je viens

Je n’oublie pas d’où je viens.

Je n’oublie pas qu’avant d’en être là où je suis j’ai visité mes peurs, mes blessures, j’ai été en posture de victime, j’ai eu des relations de dépendance affective, j’ai donné le pouvoir aux autres de me valider, j’ai fuis, j’ai refuser de voir mes failles et mes ombres.

Je n’oublie pas que j’ai encore de nombreux espaces en moi à explorer, que j’ai encore peur, je ne suis ni mieux ni moins bien que vous, que j’apprends chaque jour.

Je n’oublie pas ce que ça fait de lire que si tu en ai là où tu en ai, c’est de ta faute, que tu dois choisir, que tu es responsable, que tu dois « t’enlever les doigts » (véridique je l’ai lu) et que tu as le pouvoir sans comprendre comment faire mais en te sentant une grosse merde !

Je n’oublies pas qu’il est facile de se perdre dans l’ego spirituel qui te fais croire que tu as compris et qui te fais sentir éveillé.e (par rapport à qui ? A quoi ?)

Je n’oublie pas comme c’est difficile de voir les autres « franchir un cap » « avancer » et d’avoir l’impression de ne pas avancer, stagner.

Je n’oublie pas d’où je viens.
Je n’oublie pas que je suis simplement un être humain.