Faites de votre bonheur une priorité!

Faites de votre bonheur une priorité!

 Penser à soi, se faire passer en priorité, est un acte d’amour.

 On veut nous faire croire que le sens du sacrifice, faire passer le bien être des autres avant nous même, est un acte d’amour.

Comment pouvez vous prendre soin de vos proches, de votre famille, si vous ne le faites pas pour vous?Comment pouvez vous être à l’écoute et répondre à leurs besoins, si vous ne vous écoutez pas vous même?

Alors prenez ce temps, pour vous remplir de joie, de bonheur, d’épanouissement! Soyez dans l’attention à vous même! Faites ce qui vous fait vibrer et qui vous rend heureux pour être dans les meilleures conditions afin de distribuer de l’attention et de l’amour autour de vous!

En prenant soin de vous, vous prenez soin des autres, car le temps que vous leur accorderez sera de bien meilleure qualité!

J’ai le droit de ne pas aller bien!

J’ai le droit de ne pas aller bien!

Vous avez remarqué comment on peut répondre « ça va » quand on nous le demande, même quand ça va pas ?

Parce que socialement, ça ne se fait pas trop de répondre : bah non ça va pas, là tu vois je te souris mais j’ai envie de chialer, j’arrive pas à gérer mes enfants, j’ai pris 5 kilos en 2 semaines, j’ai envie d’aller au boulot comme de me pendre, je suis nulle et j’ai honte de moi ». Alors on placarde un beau sourire et on dit ça va, voire, la super formule passe partout on répond : et toi ?

Vous avez le droit de ne pas aller bien, de le dire sans avoir honte, d’avoir des moments off, des coups de mous, envie d’être sous votre couette sans culpabiliser de ne pas FAIRE, et tout ça sans vous traiter de moins que rien, de nullité ou de croire que vous êtes seul(e) dans ce cas là !

Vous avez le droit de vous accordez de le dire et surtout de vous dire : ça ira mieux demain, ou après demain, aujourd’hui je prends ce temps là pour ne pas aller bien !
S’aimer c’est s’accepter dans tout ce qu’on est de soi, dans le positif comme dans le négatif, dans les bons et les moins bons moments.
Ça veut dire quoi sinon ? On s’aime que quand on va bien et l’autre partie du temps on se flagelle?
Dites-vous « j’ai le droit d’être triste, d’être pas bien, d’avoir peur et je sais que j’ai toutes les ressources nécessaires pour rebondir »
Plus vous vous accepterez dans ces moments là et plus vite ils passeront et moins il y en aura!

L’illusion de la perfection

L’illusion de la perfection

 Courir après la perfection revient à essayer de courir après un courant d’air…C’est fatiguant!

 La perfection est un moyen que nos pensées ont trouvés pour nous critiquer en nous faisant croire que l’on n’est jamais « ASSEZ ». Et plus on court après, plus on se fatigue et on s’épuise à vouloir PARAITRE parfait.

On se colle la pression pour être toujours plus en se fixant des exigences de plus en plus élevées. Ce besoin de vouloir que tout soit parfait est conditionné par la représentation que l’on se fait d’éventuelles critiques que l’on pourraient recevoir, c’est se prémunir contre ce qu’on s’imagine que les autres pourraient dire de nous! La perfection est étroitement liée à cette peur que l’on a du jugement et de la critique extérieure et donc de ne pas être aimé…. Mais j’ai un secret pour vous…

Ce que vous imaginez que les gens peuvent dire de vous n’est rien en comparaison avec ce que vous vous dites à vous même! Ce sont vos pensées ne pas être assez ou suffisamment ceci ou cela  qui engendrent un état de stress et de pression, vous mettant dans un schéma d’anticipation constant de ce que vous pourriez faire de plus! C’est votre propre peur de ne PLUS VOUS AIMER qui vous pousse à vous poussez toujours plus. Car avant de répondre à la question : est ce qu’on m’aimera toujours si je ne suis pas parfait, répondez d’abord à : Est ce que JE M’AIMERAIS TOUJOURS si je suis imparfait?

La perfection n’est qu’une illusion, c’est un moyen inconscient de vous faire croire que vous ne pouvez être AIMABLE que par ce prisme là… Et si c’était votre propre désamour qui était en jeu?

Alors aimez vous, inconditionnellement, dans tout ce que vous êtes.